10000 METRES Men Final Published on 09 Aug 2001 19:48
Men's 10,000m final-10 000 m h. finale
In an upset that upstaged Marion JONES's defeat in the 100m two days ago, Kenya's Charles KAMATHI tonight ended the 38-race winning streak of Ethiopia's Haile GEBRSELASSIE, beating the world record holder and Olympic champion in a sprint finish over the last 150 metres of a pulsating 10,000m final. Amazingly, GEBRSELASSIE also lost second place, to his compatriot Assefa MEZGEBU, who claimed his first silver medal after having taken bronze in the world and Olympic finals.

KAMATHI ran the last 200m in 24.7 seconds, coming from fourth to first, to end a 37-race winning streak over all distances by the Ethiopian who's widely regarded as the greatest distance runner of all time. KAMATHI, who finished in 27:53.25, also denied GEBRSELASSIE his fifth straight world 10,000m title and handed hium his first defeat at the distance since 1993.

Predictably, the race started slowly, with Kenyans and Ethiopians always prominent at the head of the large group of 28 runners. After the first kilometre (passed in 2:50.25) Aloys NIZIGAMA of Burundi briefly picked up the pace and opened up a 10 metre lead, only to have it closed rapidly by Kenya's John Cheruiyot KORIR. GEBRSELASSIE, MEZGEBU and KAMATHI were all tucked in behind the leaders, watching every move and biding their time.

In the fourth kilometre KAMATHI and KORIR eached injected a spurt of pace, stringing the field out for 200 to 300 metres before it all slowed again. GEBRSELASSIE was covering every move but said later that the frequent changes of pace was taking its toll on his vulnerable Achilles tendon.

Shortly after the half way mark, passed in 14:15.11, another Kenyan, Paul KOSGEI, had his go at turning up the tempo. MEZGEBU, KAMATHI and GEBRSELASSIE followed him for a lap, before KAMATHI took over. One kilometre later, the Spaniard Fabian RONCERO joined in, spurting to the front for a lap of pace, before it all slowed again.

The pace was quickening with each kilometre, though, and when they reached eight kilometres, in 2:45.21, there were only 10 runners in contention. Ten became eight with only three laps left - three Ethiopians, three Kenyans and two Spaniards - but no-one was prepared to make the decisive move.

KAMATHI was running wide at the front, inviting GEBRSELASSIE to come inside him and strike for home. With 600m to go these two were running stride for stride, but it was KOSGEI who struck 100m later. He led at the bell, but with 300m to go MEZGEBU came past on his outside, with GEBRSELASSIE on the inside. The other Ethiopian, Yibeltal ADMASSU, was in third behind them 200m out with KAMATHI taking KOSGEI's place in fourth.

GEBRSELASSIE was now sprinting for home but it wasn't the devastating finish we have known for so long. KAMATHI struck at 150m out, taking MEZGEBU with him past the world record holder and went clear as he burst down the straight. MEZGEBU clocked 27:53.97 in second, and GEBRSELASSIE recorded 27:54.91.

KAMATHI put his head in hands at the finish in disbelief at what he had achieved. He ran the fifth fastest 10,000m of all time two years ago. But tonight's race wasn't about time, it was about an historical victory . . . and defeat.


News Team mb
_______

Dans un revirement qui a supplanté la défaite de Marion JONES au 100 m il y a deux jours, le Kényan Charles KAMATHI a mis fin ce soir à la série de victoires de l'Éthiopien Haile GEBRSELASSIE, vainquant le détenteur du record du monde et champion olympique avec un sprint sur les derniers 150 mètres d'une palpitante course de 10 000 m. Plus étonnnant encore, GEBRSELASSIE a également dû céder la seconde place à son compatriote Assefa MEZGEBU, qui a remporté sa première médaille d'argent après avoir pris le bronze en finale mondiale et olympique.

KAMATHI a couru les derniers 200 m en 24.7 secondes, de la quatrième à la première place, pour mettre fin à une suite de victoires de l'Éthiopien en 37 courses sur toutes les distances, un homme que beaucoup considèrent comme le meilleur coureur de fond de tous les temps. KAMATHI, qui a terminé en 27:53.25, a également privé GEBRSELASSIE de son cinquième titre mondial consécutif au 10 000 m et a causé sa première défaite sur cette distance depuis 1993.

De manière prévisible, la course a débuté lentement, avec les Kényans et le Éthiopiens toujours bien visibles à l'avant d'un groupe de 28 coureurs. Après le premier kilomètre, passé en 2:50.25, Aloys NIZIGAMA du Burundi a accéléré brièvement et créé une avance de 10 mètres que le Kényan John Cheruiyot KORIR a vite annulée. GEBRSELASSIE, MEZGEBU et KAMATHI étaient tous derrière les coureurs de tête, surveillant tous les gestes et attendant leur heure.

Au quatrième kilomètre, KAMATHI et KORIR ont pressé le pas, semant les autres coureurs ici et là sur une distance de 200 à 300 mètres, avant que tout ralentisse de nouveau. GEBRSELASSIE réagissait à tous les changements mais a dit plus tard que les changements de rythme avaient un impact sur son vulnérable tendon d'Achille.

Un peu avoir passé la mi-chemin en 14:15.11, un autre Kényan, Paul KOSGEI, a pressé le pas à son tour. MEZGEBU, KAMATHI et GEBRSELASSIE l'ont suivi pendant un tour avant que KAMATHI ne prenne la relève. Un kilomètre plus tard, l'Espagnol Fabian RONCERO les a rejoints, se plaçant à l'avant pendant un tour avant que tout ralentisse encore une fois.

La cadence s'accélérait toutefois à chaque kilomètre et au huitième kilomètre, en 2:45.21, il n'y avait que 10 coureurs en lice. Dix devinrent huit avec seulement trois tours avant la fin - trois Éthiopiens, trois Kényans et un Espaghol - mais personne n'était prêt à faire le geste décisif.

KAMATHI courait à l'avant, invitant GEBRSELASSIE à venir le joindre à l'intérieur et à décoller pour la ligne d'arrivée. À 600 m de la fin, les deux coureurs étaient synchronisés, mais c'est KOSGEI qui a mis les gaz 100 m plus loin. Il menait lorsque la cloche a sonné, mais à 300 m de la fin, MEZGEBU l'a dépassé à l'extérieur, avec GEBRSELASSIE à l'intérieur. L'autre Éthiopien, Yibeltal ADMASSU, était en troisième place à 200 m derrière eux, prenant la place de KOSGEI au quatrième rang.

GEBRSELASSIE sprintait maintenant vers la ligne d'arrivée mais il n'avait pas l'élan dévastateur que nous lui avons connu pendant si longtempos. KAMATHI a mis les gaz à 150 m de la fin, emmenant MEZGEBU avec lui et dépassant le détenteur du record du monde et a dévalé à toute vitesse la ligne droite d'arrivée. MEZGEBU a terminé en 27:53.97 en deuxième place et GEBRSELASSIE en 27:54.91.

KAMATHI s'est mis la tête entre les mains à la ligne d'arrivée, ne pouvant croire qu'il venait de réussir. Il a couru le cinquième plus rapide 10 000 m de tous les temps il y a deux ans. Mais la course de ce soir représentait une victoire... et une défaite historique.